Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique

Image search results - "énergie"
IMG_0841.jpg
Zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin.441 viewsVue de la Lézarde par le sud, elle concentre un grand nombre de grandes surfaces. On y voit les rond points qui fixent ces aménagements et le réseau des canaux de drainage de la plaine -inondable-. Les zones résidentielles et les logements collectifs se pressent autour de ces zones industrielles.
La Lézarde est vectrice d'inondation importante notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine).
IMG_0843.jpg
Zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin.2072 viewsVue de la Lézarde par le sud, elle concentre un grand nombre de grandes surfaces. On y voit les rond points qui fixent ces aménagements et le réseau des canaux de drainage de la plaine -inondable-. Les zones résidentielles et les logements collectifs se pressent autour de ces zones industrielles.
L'ïle comprend 32 MW de puissance installée pour l'énergie photovoltaïque en 2012. Avec un rendement faible de 14 % -même en milieu tropical-, c'est à peu près la consommation de 5000 habitants (39 GWh/an).
IMG_0846.jpg
Entrepôt dans la zone industrielle de la Lézarde au Lamentin.2116 viewsEquipés de panneaux solaires, ces entrepôts stockent les marchandises et véhicules importés pour les grands concessionnaires de la zone industrielle de la Lézarde (Renault Nissan entre autre...). La Martinique est un marché dynamique avec près de 10 à 15 000 véhicules vendus par an (dont plus de 2000 neufs). Cela est du à la croissance des foyers disposant de plusieurs véhicules. En outre, la part des ventes de 4X4 est trois fois supérieure à celle de la métropole (17 % contre 5 % en 2007).
IMG_0847.jpg
Entrepôt dans la zone industrielle de la Lézarde au Lamentin.394 viewsEquipés de panneaux solaires, ces entrepôts stockent les marchandises et véhicules importés pour les grands concessionnaires de la zone industrielle de la Lézarde (Renault Nissan entre autre...).
L'ïle comprend 32 MW de puissance installée pour l'énergie photovoltaïque en 2012. Avec un rendement faible de 14 % -même en milieu tropical-, c'est à peu près la consommation de 5000 habitants (39 GWh/an).
IMG_0855.jpg
Raffinerie SARA, zone industrielle de la Jambette, Fort de France401 viewsZone de stockage et de production de la Raffinerie des Antilles, installée dans la zone industrielle de la Jambette, à proximité du port de commerce de Fort de France et de l'aéroport du Lamentin. Fondée en 1969, elle appartient au groupe Total et compte environ 250 salariés en 2010.
Cette installation est classée SEVESO II et occupe 43 ha. 5 grands réservoirs de pétrole brut (50 000m3, 40 000m3 et 20 000m3) soit près de 150 000m3 de réserves assurant la sécurité des approvisionnements pour une durée de 50 à 70 jours.
Les réservoirs plus petits stockent les produits finis (kérosène, gazoil): au total 88 000m3.
IMG_0856.jpg
Le pétrolier Lacanau dans le Cohé du Lamentin.341 viewsCe pétrolier de cabotage -il navigue le long des côtes- de 8000 tonneaux (tjb) fait partie d'une flotte de 2 à 3 caboteurs qui viennent régulièrement approvisionner les Centrales thermique de la Pointe Des Carrières (80MW) et de Bellefontaine (220MW) en fioul lourd, produit par la raffinerie de la SARA. Il peut en transporter plus de 10 000m3. Le cohé du Lamentin est une crique à l'intérieur d'une baie plus grande (Baie de Fort de France) : l'appontement y est relativement protégé. Chaque mois, des tankers de 60 000 tonnes ravitaillent la SARA. Leur déchargement prend trois à quatre jours. 88 % du pétrole vient de Norvège. Il met treize jours pour arriver sur l'île.
IMG_0857.jpg
Le pétrolier Lacanau dans le Cohé du Lamentin.386 viewsCe pétrolier de cabotage -il navigue le long des côtes- de 8000 tonneaux (tjb) fait partie d'une flotte de 2 à 3 caboteurs qui viennent régulièrement approvisionner les Centrales thermique de la Pointe Des Carrières (80MW) et de Bellefontaine (220MW) en fioul lourd, produit par la raffinerie de la SARA. Il peut en transporter plus de 10 000m3. Le cohé du Lamentin est une crique à l'intérieur d'une baie plus grande (Baie de Fort de France) : l'appontement y est relativement protégé. Chaque mois, des tankers de 60 000 tonnes ravitaillent la SARA. Leur déchargement prend trois à quatre jours. 88 % du pétrole vient de Norvège. Il met treize jours pour arriver sur l'île.
IMG_0865.jpg
Le terminal container de la Pointe Des Grives à Fort de France358 viewsOuvert en 2004, il accueille en 2010, 160 000 containers EVP sur pas moins de 16 ha. 2 quais, un de 460 mètres et un autre de 150 mètres peuvent accueillir 3 porte containers. Le déchargement est effectué par 3 portiques. 500 prises frigorifiques permettent d'assurer le stockage des containers réfrigérés (bananes) tandis que la manutention est assurée par une filiale de la CMA-CGM. Sur 3 millions de tonnes de trafic, les importations en représentent 70 % dont la moitié constituée par le pétrole brut. La Martinique exporte pour moitié des bananes (280 000t/an) et pour moitié des produits pétroliers finis.
Compte tenu du tirant d'eau, la capacité maximale des porte-containers accueillis ici est de 2260 EVP (2260 containers équivalent vingt pieds). Ce sont donc des navires modestes. Le port génère près d'un millier d'emplois directs et indirects.
IMG_0866.jpg
Le terminal container de la Pointe Des Grives à Fort de France346 viewsOuvert en 2004, il accueille en 2010, 160 000 containers EVP sur pas moins de 16 ha. 2 quais, un de 460 mètres et un autre de 150 mètres peuvent accueillir 3 porte containers. Le déchargement est effectué par 3 portiques. 500 prises frigorifiques permettent d'assurer le stockage des containers réfrigérés (bananes) tandis que la manutention est assurée par une filiale de la CMA-CGM. Sur 3 millions de tonnes de trafic, les importations en représentent 70 % dont la moitié constituée par le pétrole brut. La Martinique exporte pour moitié des bananes (280 000t/an) et pour moitié des produits pétroliers finis.
Compte tenu du tirant d'eau, la capacité maximale des porte-containers accueillis ici est de 2260 EVP (2260 containers équivalent vingt pieds). Ce sont donc des navires modestes. Le port génère près d'un millier d'emplois directs et indirects.
IMG_0867.jpg
Le terminal container de la Pointe Des Grives à Fort de France332 viewsOuvert en 2004, il accueille en 2010, 160 000 containers EVP sur pas moins de 16 ha. 2 quais, un de 460 mètres et un autre de 150 mètres peuvent accueillir 3 porte containers. Le déchargement est effectué par 3 portiques. 500 prises frigorifiques permettent d'assurer le stockage des containers réfrigérés (bananes) tandis que la manutention est assurée par une filiale de la CMA-CGM. Sur 3 millions de tonnes de trafic, les importations en représentent 70 % dont la moitié constituée par le pétrole brut. La Martinique exporte pour moitié des bananes (280 000t/an) et pour moitié des produits pétroliers finis.
Compte tenu du tirant d'eau, la capacité maximale des porte-containers accueillis ici est de 2260 EVP (2260 containers équivalent vingt pieds). Ce sont donc des navires modestes. Le port génère près d'un millier d'emplois directs et indirects.
IMG_0871.jpg
Le terminal container et la cimenterie de la Pointe des Carrières, Fort de France.381 viewsAu premier plan, vers le sud, l'appontement minéralier et plus loin pétrolier. On y fournit le clinker (le mélange calcaire/aluminosilicate) et le carburant destiné à la cimenterie ainsi qu' à la centrale thermique (80 MW) juste derrière. Implantée dans les années 70, la cimenterie Lafarge porte le clinker à 1450° ; d'où sa consommation importante en énergie. Elle produit plus de 200 000 tonnes de ciment par an. L'implantation de la cimenterie tout comme celle de la SARA dans les années 70, répondait à la volonté du général De Gaulle d'industrialiser les Antilles.
IMG_0872.jpg
Le port de commerce de la Pointe des Carrières à Fort de France.407 viewsLes quais bananiers aménagés dès les années 1960 forment l'hydrobase. Ils sont prolongés dès les années 80, par un terminal à conteneurs. Sur l'est, l'appontement privé de la SARA (pétrole brut). Au premier plan, vers le sud, l'appontement minéralier et plus loin pétrolier. On y fournit le clinker (le mélange calcaire/aluminosilicate) et le carburant destiné à la cimenterie ainsi qu' à la centrale thermique (80 MW) juste derrière.
Au cœur de la zone industrielle, les quartiers populaires de Volga, inondables -avec la zone de Dillon-, parmi les 9500 foyalais exposés au risque d'inondation.
26 files on 3 page(s) 1