Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique

Image search results - "risques"
IMG_0839.jpg
Périurbanisation sur la zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin.493 viewsLa périurbanisation gagne sur les champs cultivés et sur des zones à risque : la Lézarde passe juste devant le lotissement assis sur des remblais qui ne dominent le cours d'eau que de 2 ou 3 mètres. Près de 3000 personnes seraient concernées par le risque de submersion et d'inondation sur la zone du Lamentin. La Lézarde est vectrice d'inondation importante notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine).
IMG_0840.jpg
Zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin.400 viewsVue de la Lézarde par le sud, elle concentre un grand nombre de grandes surfaces. On y voit les rond points qui fixent ces aménagements et le réseau des canaux de drainage de la plaine -inondable-. Les zones résidentielles et les logements collectifs se pressent autour de ces zones industrielles.
La Lézarde est vectrice d'inondation importante notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine).
IMG_0841.jpg
Zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin.448 viewsVue de la Lézarde par le sud, elle concentre un grand nombre de grandes surfaces. On y voit les rond points qui fixent ces aménagements et le réseau des canaux de drainage de la plaine -inondable-. Les zones résidentielles et les logements collectifs se pressent autour de ces zones industrielles.
La Lézarde est vectrice d'inondation importante notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine).
IMG_0849.jpg
La casse automobile Arcole sur la zone industrielle de la Lézarde au Lamentin.430 viewsCette casse, l'une des plus importantes de l'île, est régulièrement victime de grands incendies dues à la précarité des installations de sécurité. On observe ici, les effets de l'incendie en avril 2010 qui ravage comme déjà en 2005, le tiers des 2000m² de l'installation. Faute d'équipements correctement pressurisées, l'incendie a pu être maîtrisé grâce à la proximité de la Lézarde. Mais le problème de pollution demeure...
IMG_0853.jpg
La Lézarde canalisée et l'aménagement du Morne Cabrit au Lamentin.400 viewsDepuis 1992, est aménagée une station nautique et un parcours sportif sur le morne Cabrit, au cœur de la mangrove entre la zone industrielle des Mangles et celle de la Lézarde. La Lézarde, la rivière dont le bassin versant est le plus important de la Martinique (116 km²), irrigue la plaine du Lamentin. Elle est vectrice d'inondations importantes notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine) .
IMG_0862.jpg
Installations militaires de la pointe Des Sables.385 viewsUne zone militaire ainsi qu'un dépôt de munitions de 7t sont situés sur la Pointe des Sables. Après travaux, le polygone d'isolement de cette zone a été réduit en 2014, afin de permettre l'urbanisation de la pointe Des Sables et la construction de la marina de l'Etang Z'abricot.
IMG_0871.jpg
Le terminal container et la cimenterie de la Pointe des Carrières, Fort de France.387 viewsAu premier plan, vers le sud, l'appontement minéralier et plus loin pétrolier. On y fournit le clinker (le mélange calcaire/aluminosilicate) et le carburant destiné à la cimenterie ainsi qu' à la centrale thermique (80 MW) juste derrière. Implantée dans les années 70, la cimenterie Lafarge porte le clinker à 1450° ; d'où sa consommation importante en énergie. Elle produit plus de 200 000 tonnes de ciment par an. L'implantation de la cimenterie tout comme celle de la SARA dans les années 70, répondait à la volonté du général De Gaulle d'industrialiser les Antilles.
IMG_0872.jpg
Le port de commerce de la Pointe des Carrières à Fort de France.414 viewsLes quais bananiers aménagés dès les années 1960 forment l'hydrobase. Ils sont prolongés dès les années 80, par un terminal à conteneurs. Sur l'est, l'appontement privé de la SARA (pétrole brut). Au premier plan, vers le sud, l'appontement minéralier et plus loin pétrolier. On y fournit le clinker (le mélange calcaire/aluminosilicate) et le carburant destiné à la cimenterie ainsi qu' à la centrale thermique (80 MW) juste derrière.
Au cœur de la zone industrielle, les quartiers populaires de Volga, inondables -avec la zone de Dillon-, parmi les 9500 foyalais exposés au risque d'inondation.
IMG_0877.jpg
La rivière Madame et la Pointe Simon à Fort de France.378 viewsLa rivière Madame est canalisée : ses crues ont été à plusieurs reprises dévastatrices pour la ville (son débit peut alors atteindre 250m3/s, 1970). On estime à 9500 le nombre d'habitants concernés par les risques de submersion marine et les inondations à Fort de France...et le centre ville n'est en rien épargné (cyclone Dorothy en 1970, Luis en 1995...). On remarque le chantier de la Tour de la Pointe Simon commencé en 2008 et achevé en 2012 : la construction de ce bâtiment de 20 étage sur un sol marécageux et en zone sismique a exigé la mise en place de près de 120 piliers de béton jusqu'à 30 mètres de profondeur en guise de fondations .
IMG_0879.jpg
Vue sur Fort de France de l'ouest.409 viewsSur les mornes les quartiers Trénelle, Citron à l'arrière plan. Cet habitat spontané s'est particulièrement développé avec la crise de l'industrie sucrière dès les années 70 et le fort exode rural qui a suivi. Des estimations du ministère avancent que 30 % des constructions dans l'île auraient été réalisées sans permis, ce qui a alimenté le mitage des zones naturelles. L'espace des mornes, jusque là peu valorisé, difficile et où la pression foncière était absente a été massivement occupé. Situées à proximité des ravines de la Rivière Madame, ces zones sont aujourd'hui des zones à risques, sujettes aux glissements de terrain. On repère le carroyage colonial de Fort de France et les nouveaux aménagements : le chantier de la tour à la Pointe Simon (2008-2012), le centre commercial du cours Perrinon (22 000m², 2009 ) en centre ville. La rocade de Fort de France ouverte en 1980 sépare distinctement les quartiers d'habitats spontanés du reste de la ville.
IMG_0893.jpg
Fond Lahaye à Schoelcher, sur l'Anse Collat.383 viewsLa croissance de Schoelcher a été continue et forte durant un demi siècle (1950-2000) : la population a doublé et se stabilise dès les années 2000 autour de 20 000 habitants. Cela a généré une très forte périurbanisation liée à la proximité de l'agglomération foyalaise, en particulier dans les mornes où la pression foncière est moindre.
Les lotissements se sont développés sur les pentes de Terreville et de Fond Rousseau vers l'est tandis que le fond occupé par la rivière de Fond Lahaye est délaissé. L'importance des dénivelés (plus de 200 mètres) de la ravine, liée aux contreforts des pitons du Carbet, rend le bassin versant très étroit et fait du quartier de Fond Lahaye, une zone à risque (zone orange) depuis 2004 date à laquelle le PPR a été achevé. Près de 2700 personnes sont concernées par le risque inondation et submersion à Schoelcher.
IMG_0943.jpg
Radar météo du Morne Pavillon près du Diamant.286 viewsSitué à 380 mètres de hauteur, le radar météorologique de la Martinique est utilisé pour les prévisions cycloniques et les prévisions météorologiques en liaison avec la préfecture et l'aéroport. A l'arrière plan, le Morne Larcher (480m) qui ferme ici un véritable "parc volcanique" de la presqu'île sud-ouest de l'île.
22 files on 2 page(s) 1