Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique


Most viewed - La Martinique vue du ciel
IMG_1057.jpg
Les éoliennes du Morne Carrière au Vauclin face à l'Atlantique.342 viewsEn 2004, une ferme de 4 éoliennes de 275 KW, est mise en service au Vauclin, sur le Morne Carrière, par la société Aerowatt où l'alizé s'établit à 27km/h de moyenne. Avec une production de 2400 MWh par an, cette ferme peut approvisionner 300 habitants. Petites, ces éoliennes sont escamotables en période cyclonique ; elles sont donc fortement tributaires de la météo. Leur puissance réelle ne représente en effet que 22 % de leur puissance nominale ! C'est là tout le problème de l'énergie « renouvelable »...
IMG_0956.jpg
La distillerie Trois Rivières à Sainte Luce.341 viewsCette distillerie n'est plus en activité : c'est la distillerie La Mauny qui commercialise depuis 1976, sous la marque Trois Rivières sa production. Néanmoins 120ha de cette propriété restent plantés en canne. C'est aujourd'hui un site touristique car bien avant d'être une distillerie, il s'agissait d'une sucrerie fermée en 1867, fondée du XVIIe siècle et ayant appartenu au surintendant Fouquet : l'Habitation Grand Céron. On y a reconstruit le moulin à vent et aménagé une boutique. Près d'1,5 million de litres de rhum Trois Rivières sont distillés (AOC 1996).
IMG_1205.jpg
La Centrale des Carrières au Lamentin, quartier Long Pré, le long des bananeraies.341 viewsCréée en 1980, cette entreprise gère l'extraction des gravières d'andésite. Le groupe Centrale des Carrières exploite trois carrières en Martinique dégageant près de 300 000 t de graviers, enrochements et terres végétales utilisés pour les remblais et les terrassements. Le BTP est un des premiers secteurs industriels de l'île avec pas moins de 5% des emplois de l'île. Cette filière doit assurer ses approvisionnements localement et les schémas d'aménagement intégrent l'extension des carrières.
IMG_1137.jpg
La pointe Hyacinthe sur la pointe Larose, mitage sur le littoral sud de la baie du Robert.340 viewsCe paysage de bocage de la côte au vent montre des parcelles traditionnellement protégées par des haies d'érythrines sur lesquelles ont pratiquait la monoculture de la canne à sucre. En 20 ans , depuis les années 1990, la Surface agricole utile de la Martinique a reculé de près de 27 % au profit essentiellement de zones en friche. Ces terres agricoles conquises sur la forêt littorale sont aujourd'hui convoitées : la périurbanisation pousse à la construction de logements collectifs et de zones résidentielles en bord de mer, près de la mangrove. C'est le mitage.
IMG_0957.jpg
La mangrove à Trois Rivières à Sainte Luce.339 viewsLa mangrove située au débouché de la rivière Oman, fait face à la pression urbaine d'un quartier à l'origine fondé non loin de la distillerie Trois Rivières, inactive désormais mais ouverte au tourisme.
IMG_1166.jpg
L'usine sucrière du Galion à la Trinité.339 viewsFondée en 1865, au débouché de la rivière du Galion sur l'Atlantique, cette usine demeure en 2010, la seule usine sucrière encore en activité sur l'île. Elle peut produire 32 tonnes de sucre par jour. Sa consommation en énergie serait équivalente à celle d'une ville de 17 000 habitants ; de là la nécessité d'utiliser la bagasse, les résidus de cannes à sucre, pour alimenter les chaudières. L'usine traite en période de récolte (de janvier à mai), 700 à 900 tonnes de cannes à sucre par jour. Elle se situe donc non loin de la Nationale 1 et des plantations de cannes à sucre de la côte au vent ; la manutention doit être rapide afin d'éviter la dégradation des cannes .
IMG_1106.jpg
Pièce d'eau alimentée par le barrage de la Manzo au François.338 viewsLe barrage est destiné à l'irrigation des cultures commerciales et maraîchères de la plaine du Lamentin ; de là, la présence de la station de pompage au bas de la retenue. Les cultures de cannes et de bananes réclament en effet entre 10 000 et 15 000 m3 d'eau à l'hectare par an. La moindre variation du niveau des précipitations peut donc porter préjudice aux récoltes notamment durant la période sèche du carême de janvier à juin.
IMG_1108.jpg
Le barrage de la Manzo au François.338 views8 millions de m3 d'eau, 85 ha. Le lac de retenue montre l'étroitesse des bassins versants de la Martinique, île caractérisée par ses reliefs chahutés. Cette étroitesse rend les crues subites et particulièrement dangereuses. De là la nécessité de réguler les apports des précipitations dans cette partie agricole de l'île. En effet, si la moyenne des précipitations à cet endroit est d'environ 180 mm par mois, cette quantité peut en revanche, varier de 1 à 5 entre la Carême (janvier/juin) et l'Hivernage.
IMG_1154.jpg
L'usine sucrière du Galion à la Trinité.338 viewsFondée en 1865, au débouché de la rivière du Galion sur l'Atlantique, cette usine demeure en 2010, la seule usine sucrière encore en activité sur l'île. Elle peut produire 32 tonnes de sucre par jour. Sa consommation en énergie serait équivalente à celle d'une ville de 17 000 habitants ; de là la nécessité d'utiliser la bagasse, les résidus de cannes à sucre, pour alimenter les chaudières. L'usine traite en période de récolte (de janvier à mai), 700 à 900 tonnes de cannes à sucre par jour. Elle se situe donc non loin de la Nationale 1 et des plantations de cannes à sucre de la côte au vent ; la manutention doit être rapide afin d'éviter la dégradation des cannes .
IMG_1208.jpg
La zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin et ses grandes surfaces.338 viewsUne des cinq grandes zones industrielles du Lamentin. On y trouve également des coopératives agricoles comme l'ancienne SOCOPMA (1981-2013).
IMG_0929.jpg
Les Trois Ilets, ouverts sur la Baie de Fort de France.337 viewsL'étalement urbain est visible en direction de l'ouest et donne une idée de l'importance du mitage sélectif aux Trois Ilets. Les « trois » îlets de la baie et leurs récifs coralliens ont fourni la chaux nécessaire à l'industrie sucrière. L'expansion de la ville se lit dans la construction de trois lotissements à proximité du golf assortis d'un collège en 2005, face au golf. Sur le plan touristique, la commune des Trois îlets représente à elle seule 28 % des capacités hôtelières de l'île.
IMG_1138.jpg
La pointe Hyacinthe sur la pointe Larose, mitage sur le littoral sud de la baie du Robert.337 viewsLa baie du Robert, port naturel, bien protégée et ouverte sur l'Atlantique a été colonisée tardivement dès la fin du XVIIe siècle. Les pointes -noms donnés aux presqu'îles- et les îlets du Robert ont en effet constitué les derniers refuges des amérindiens Caraïbes. La périurbanisation de la 3e commune de Martinique aboutit au mitage de ce littoral, peu à peu défriché et à la conquête progressive des terres agricoles.
213 files on 18 page(s) 10