Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique


Most viewed - La Martinique vue du ciel
IMG_0872.jpg
Le port de commerce de la Pointe des Carrières à Fort de France.436 viewsLes quais bananiers aménagés dès les années 1960 forment l'hydrobase. Ils sont prolongés dès les années 80, par un terminal à conteneurs. Sur l'est, l'appontement privé de la SARA (pétrole brut). Au premier plan, vers le sud, l'appontement minéralier et plus loin pétrolier. On y fournit le clinker (le mélange calcaire/aluminosilicate) et le carburant destiné à la cimenterie ainsi qu' à la centrale thermique (80 MW) juste derrière.
Au cœur de la zone industrielle, les quartiers populaires de Volga, inondables -avec la zone de Dillon-, parmi les 9500 foyalais exposés au risque d'inondation.
IMG_0844.jpg
Zone de loisirs récente à la cité Petit Manoir au Lamentin.434 viewsCourts de tennis, circuit de modélisme (voiture), salles et terrains de sport sont construits à proximité d'un quartier défavorisé de la périphérie du Lamentin, cerné par les zones industrielles. A l'arrière plan, le lycée professionnel de Petit Manoir, créé en 1969, de 600 élèves et le collège de Petit Manoir, en zone d'éducation prioritaire. Le château d'eau dans cette zone, montre que l'on est bien dans une plaine ce qui n'est pas sans poser des problèmes sur le plan de la distribution de l'eau (pressurisation).
IMG_0913.jpg
La Pointe du Bout aux Trois îlets.431 viewsC'est la plus forte concentration d'hôtels de l'île. Les complexes s'organisent autour de la marina qui accueille une centaine d'embarcations, la navette pour Fort de France et sert de base nautique. Ces hôtels *** sont construits pour la plupart dans les années 1970-80. À l'ouest, l'hôtel Carayou de 150 chambres ; sur son versant est, l'ancien hôtel Méridien, de 295 chambres, construit en 1973, abandonné en 2007, victime d'un repli de l'activité touristique. Au second plan, l'hôtel La Pagerie et le « village créole » ouvert en 1998 sur le modèle du « village typique ». En arrière plan, le Bakoua Sofitel**** (Accor) de 138 chambres ouvert en 1967.
IMG_1186.jpg
La SNYL, Société Nouvelle des Yaourts Littée, au Vert Pré (Le Robert).431 viewsCette société agroalimentaire fondée en 1962, produit aujourd'hui près de 13 000 tonnes de laitages et de jus par an. Elle compte en 2010, 115 salariés. Dès l'origine, cette usine, spécialisée dans la production de yaourts et de jus, s'est établie à proximité de ses fournisseurs , sucrerie, arboriculteurs (goyaves, ananas, mangues notamment...) et surtout éleveurs bovins. La production est écoulée en direction du Lamentin à moins de 10 km et du Robert, deux des trois grandes aires urbaines de la Martinique.
IMG_0879.jpg
Vue sur Fort de France de l'ouest.425 viewsSur les mornes les quartiers Trénelle, Citron à l'arrière plan. Cet habitat spontané s'est particulièrement développé avec la crise de l'industrie sucrière dès les années 70 et le fort exode rural qui a suivi. Des estimations du ministère avancent que 30 % des constructions dans l'île auraient été réalisées sans permis, ce qui a alimenté le mitage des zones naturelles. L'espace des mornes, jusque là peu valorisé, difficile et où la pression foncière était absente a été massivement occupé. Situées à proximité des ravines de la Rivière Madame, ces zones sont aujourd'hui des zones à risques, sujettes aux glissements de terrain. On repère le carroyage colonial de Fort de France et les nouveaux aménagements : le chantier de la tour à la Pointe Simon (2008-2012), le centre commercial du cours Perrinon (22 000m², 2009 ) en centre ville. La rocade de Fort de France ouverte en 1980 sépare distinctement les quartiers d'habitats spontanés du reste de la ville.
IMG_1218.jpg
Zone industrielle des Mangles en bordure de l'autoroute Fort de France-Lamentin. 425 viewsA la périphérie de l'agglomération du Lamentin, ce terre plein a été gagné sur la mangrove à proximité. Un système de canaux draine la plaine littorale. Le Lamentin compte pas moins de 5 zones industrielles : c'est le cœur économique de la Martinique.
IMG_0853.jpg
La Lézarde canalisée et l'aménagement du Morne Cabrit au Lamentin.421 viewsDepuis 1992, est aménagée une station nautique et un parcours sportif sur le morne Cabrit, au cœur de la mangrove entre la zone industrielle des Mangles et celle de la Lézarde. La Lézarde, la rivière dont le bassin versant est le plus important de la Martinique (116 km²), irrigue la plaine du Lamentin. Elle est vectrice d'inondations importantes notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine) .
IMG_0857.jpg
Le pétrolier Lacanau dans le Cohé du Lamentin.418 viewsCe pétrolier de cabotage -il navigue le long des côtes- de 8000 tonneaux (tjb) fait partie d'une flotte de 2 à 3 caboteurs qui viennent régulièrement approvisionner les Centrales thermique de la Pointe Des Carrières (80MW) et de Bellefontaine (220MW) en fioul lourd, produit par la raffinerie de la SARA. Il peut en transporter plus de 10 000m3. Le cohé du Lamentin est une crique à l'intérieur d'une baie plus grande (Baie de Fort de France) : l'appontement y est relativement protégé. Chaque mois, des tankers de 60 000 tonnes ravitaillent la SARA. Leur déchargement prend trois à quatre jours. 88 % du pétrole vient de Norvège. Il met treize jours pour arriver sur l'île.
IMG_0884.jpg
La rocade (Nationale 2) entre Schoelcher et Fort de France.418 viewsLa route nationale construite en 1963 et ses échangeurs fixent l'emplacement des grandes surfaces très nombreuses. Ces grandes surfaces, pour la plupart construites à la fin des années 1980, sont des hypermarchés (plus de 2500m²) et touchent essentiellement la clientèle venue, sur cet axe, de la périphérie et du littoral nord caraïbe.
IMG_0840.jpg
Zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin.417 viewsVue de la Lézarde par le sud, elle concentre un grand nombre de grandes surfaces. On y voit les rond points qui fixent ces aménagements et le réseau des canaux de drainage de la plaine -inondable-. Les zones résidentielles et les logements collectifs se pressent autour de ces zones industrielles.
La Lézarde est vectrice d'inondation importante notamment sur les grands axes de communication : son débit annuel moyen (1,8 m3/s ) étant régulièrement multiplié par 10 (81m3/s) voire par 80 lors des crues décennales (140m3/s) ou par 300 (600m3/s durant quelques heures en 1970 soit le régime moyen de la Seine).
IMG_0965.jpg
L'anse Mabouya et le quartier Désert à Sainte Luce.416 viewsLes complexes hôteliers et les quartiers résidentiels colonisent cet espace.
Les terres anciennement plantées en cannes sont aujourd'hui investies par l'élevage bovin (viande).
IMG_0871.jpg
Le terminal container et la cimenterie de la Pointe des Carrières, Fort de France.415 viewsAu premier plan, vers le sud, l'appontement minéralier et plus loin pétrolier. On y fournit le clinker (le mélange calcaire/aluminosilicate) et le carburant destiné à la cimenterie ainsi qu' à la centrale thermique (80 MW) juste derrière. Implantée dans les années 70, la cimenterie Lafarge porte le clinker à 1450° ; d'où sa consommation importante en énergie. Elle produit plus de 200 000 tonnes de ciment par an. L'implantation de la cimenterie tout comme celle de la SARA dans les années 70, répondait à la volonté du général De Gaulle d'industrialiser les Antilles.
213 files on 18 page(s) 3