Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique


Most viewed - La Martinique vue du ciel
IMG_1149.jpg
La pointe Savane au Robert : un espace convoité.411 viewsLes lotissements pavillonnaires se multiplient en bordure d'un littoral protégé. Le Robert est en effet l'une des trois plus importantes unités urbaines de l'île avec près de 25 000 habitants en 2010. Sa croissance s'est accélérée depuis les années 80 conduisant à l'accélération de la périurbanisation.
IMG_1198.jpg
L'Habitation Belfort dans le quartier Soudon au Lamentin.410 viewsL'Habitation Belfort dans le quartier Soudon au Lamentin. Située au nord-est de la plaine du Lamentin, cette plantation bananière familiale de 65ha, ouverte depuis les années 1980, durement éprouvée par les épisodes cycloniques, s'est récemment convertie au « tourisme vert », l'agritourisme, avec l'ouverture d'un parc arboré et d'un musée à l'entrée de la plantation, consacré à l'agriculture créole et aux visites touristiques de la plantation. Cette plantation exporte 90 % de sa production de banane.
IMG_1097.jpg
La retenue du barrage de la Manzo.408 views8 millions de m3 d'eau, 85 ha. Le lac de retenue montre l'étroitesse des bassins versants de la Martinique, île caractérisée par ses reliefs chahutés. Cette étroitesse rend les crues subites et particulièrement dangereuses. De là la nécessité de réguler les apports des précipitations dans cette partie agricole de l'île. En effet, si la moyenne des précipitations à cet endroit est d'environ 180 mm par mois, cette quantité peut en revanche, varier de 1 à 5 entre la Carême (janvier/juin) et l'Hivernage.
IMG_1148.jpg
La pointe Savane au Robert : un espace convoité.406 viewsLes lotissements pavillonnaires se multiplient en bordure d'un littoral protégé. Le Robert est en effet l'une des trois plus importantes unités urbaines de l'île avec près de 25 000 habitants en 2010. Sa croissance s'est accélérée depuis les années 80 conduisant à l'accélération de la périurbanisation.
IMG_0968.jpg
Sainte Luce : Le pont de la Baie du Trou du Diable.405 viewsConstruit en 1984, sur la Nationale 5, ce pont de 185 mètres permet de contourner par le sud la commune de Rivière Pilote et de fluidifier le trafic dans une zone de relief difficile comme le montre l'éponymie. Le ria, baie allongée et étroite prolongée par une ravine, est plus facilement enjambé par les voies de communication ramassées sur le littoral.
IMG_1056.jpg
Les éoliennes du Morne Carrière au Vauclin face à l'Atlantique.404 viewsEn 2004, une ferme de 4 éoliennes de 275 KW, est mise en service au Vauclin, sur le Morne Carrière, par la société Aerowatt où l'alizé s'établit à 27km/h de moyenne. Avec une production de 2400 MWh par an, cette ferme peut approvisionner 300 habitants. Petites, ces éoliennes sont escamotables en période cyclonique ; elles sont donc fortement tributaires de la météo. Leur puissance réelle ne représente en effet que 22 % de leur puissance nominale ! C'est là tout le problème de l'énergie « renouvelable »...
IMG_0892.jpg
Schoelcher, le Club Nautique401 viewsPrès de la rivière de Case Navire, le Front de Mer et le fameux Cercle Nautique. Schoelcher est devenue une station nautique affiliée en 1989. Le plan d'eau calme de l'Anse Madame a permis le développement de cette activité.
IMG_1196.jpg
Le musée de l'Habitation Belfort, au Lamentin.398 viewsLe bâtiment d'accueil et le musée de l'Habitation Belfort consacré à l'agriculture locale et à l'industrie bananière. Cette plantation s'oriente désormais vers l' « agriculture raisonnée » en réduisant les épandages polluants. Elle pratique également l'agriculture biologique de fruits tropicaux divers et l'agritourisme.
IMG_1197.jpg
Les bâtiments d'exploitation de la plantation Belfort, au Lamentin.398 viewsLes bâtiments d'exploitation de la plantation Belfort assurent le conditionnement de la production. La plantation possède une société familiale de transformation des fruits tropicaux en fruits séchés créée en 1997, la société Caraïb'fruit.
Les camions chargent les containers et accèdent par une départementale à moins de quelques minutes des grands axes de communication de l'île. La banane représente près de 16 000 emplois directs et indirects en 2010.
IMG_0867.jpg
Le terminal container de la Pointe Des Grives à Fort de France397 viewsOuvert en 2004, il accueille en 2010, 160 000 containers EVP sur pas moins de 16 ha. 2 quais, un de 460 mètres et un autre de 150 mètres peuvent accueillir 3 porte containers. Le déchargement est effectué par 3 portiques. 500 prises frigorifiques permettent d'assurer le stockage des containers réfrigérés (bananes) tandis que la manutention est assurée par une filiale de la CMA-CGM. Sur 3 millions de tonnes de trafic, les importations en représentent 70 % dont la moitié constituée par le pétrole brut. La Martinique exporte pour moitié des bananes (280 000t/an) et pour moitié des produits pétroliers finis.
Compte tenu du tirant d'eau, la capacité maximale des porte-containers accueillis ici est de 2260 EVP (2260 containers équivalent vingt pieds). Ce sont donc des navires modestes. Le port génère près d'un millier d'emplois directs et indirects.
IMG_1081.jpg
Petites bananeraies près de la Manzo, au François.397 viewsCes petites exploitations de types familiales se rencontrent davantage vers l'intérieur des terres où le relief est plus difficile et les parcelles plus morcelées. La banane représente 16 000 emplois et près de 30% de la SAU en 2010. Elle s'impose peu après la crise sucrière et jugule l'exode rural des années 1970. Elle ne résout pas le problème de la diversification de l'agriculture trop soumise aux aléas de la mondialisation.
IMG_1209.jpg
Cultures maraîchères (tomates et salades) du quartier Long Pré au Lamentin.397 viewsSituées le long des bananeraies, ces cultures maraîchères périurbaines (tomates, salades, concombres...) se situent sur une plaine fertile et irriguées. Elles sont aussi à quelques minutes de l'autoroute et des grands axes de distribution. On trouvait non loin de là, la zone industrielle de Place d'Armes qui abritait le siège de la coopérative des maraîchers, la SOCOPMA, de 1981 à 2013.
213 files on 18 page(s) 7