Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique


Most viewed - La Martinique vue du ciel
IMG_0964.jpg
Quartiers résidentiels et complexes hôteliers au quartier Désert de Sainte Luce.376 viewsGagné sur la forêt littorale, le complexe résidentiel hôtelier les Cayalines, d'un hectare, est ouvert en 2008 et offre 66 studios en location. Il profite de la proximité des plages de l'Anse Corps de Garde et de sa situation près de la Nationale 5.
IMG_1067.jpg
Exploitation bananière du Vauclin.375 viewsLe réservoir destiné à l'irrigation et le réseau des « traces » destiné au convoyage mécanique des régimes lors de la récolte. Ces grandes plantations de la côte au vent sont particulièrement exposées lors des grands épisodes cycloniques. La banane plus encore que la canne est par ailleurs très exigeante en eau (plus de 10 000m3 annuel à l'ha ) dans une région pourtant relativement sèche. Un lotissement est en construction.
IMG_1110.jpg
Le barrage de la Manzo au François.375 viewsCe barrage est destiné à l'irrigation des cultures commerciales et maraîchères de la plaine du Lamentin ; de là, la présence de la station de pompage au bas de la retenue.Construit en 1979, il s'agit d'un barrage poids, de 27 mètres de haut sur 365 de large, une construction qui résiste à des secousses sismiques, formé d'enrochements et de terre. Alimenté essentiellement par des conduites forcées venues de la Lézarde (0,8 m3/s), il génère un lac de retenue de près de 8 millions de m3, couvrant 85ha. Un évacuateur de crue ou déversoir protège l'ouvrage.
IMG_1192.jpg
Exploitations agricoles familiales le long de la Lézarde, vue de l'est.374 viewsEntre les cultures commerciales d'exportation (bananes), des cultures de type vivrier avec du maraîchage et de l'arboriculture s'étendent le long de la Lézarde. Les crues fréquentes de ce cours d'eau dont le bassin versant de 116 km² et le débit parfois multiplié par 300 (de 1,8 à plus de 500m3/s) contribuent à irriguer et fertiliser la plaine. Les haies d’érythrines protègent quant à elles, les plantations commerciales des épisodes cycloniques venus, avec l'alizé, de l'est.
IMG_1208.jpg
La zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin et ses grandes surfaces.372 viewsUne des cinq grandes zones industrielles du Lamentin. On y trouve également des coopératives agricoles comme l'ancienne SOCOPMA (1981-2013).
IMG_0922.jpg
La Pointe du Bout aux Trois îlets.371 viewsC'est la plus forte concentration d'hôtels de l'île. Les complexes s'organisent autour de la marina qui accueille une centaine d'embarcations, la navette pour Fort de France et sert de base nautique. Ces hôtels *** sont construits pour la plupart dans les années 1970-80. À l'ouest, l'hôtel Carayou de 150 chambres ; sur son versant est, l'ancien hôtel Méridien, de 295 chambres, construit en 1973, abandonné en 2007, victime d'un repli de l'activité touristique. Au second plan, l'hôtel La Pagerie et le « village créole » ouvert en 1998 sur le modèle du « village typique ». En arrière plan, le Bakoua Sofitel**** (Accor) de 138 chambres ouvert en 1967.
IMG_0931.jpg
Les Trois Ilets, sur la pointe Des Grottes.371 viewsDepuis les années 90, la population jusque là stable, augmente de 50 % pour atteindre en 2010 plus de 7000 habitants. L'existence d'une navette et d'un axe de communication avec Fort de France n'y est pas étrangère, pas plus que l'essor touristique de la bourgade avec l'une des plus fortes concentration d'hôtel de l'île (28% des capacités hotelières de l'île). Les îlets et leurs récifs fournissaient la chaux nécessaire à l'industrie sucrière.
IMG_0967.jpg
Sainte Luce370 viewsCommune de près de 10 000 habitants en 2010, elle a vu sa population doubler en moins de 30 ans. Cet essor est visible depuis au moins les années 1980. Le village fondé autour de l'exploitation sucrière et devenue une véritable ville. On y maintient une distillerie de rhum : la distillerie Trois Rivières. La commune joue également de sa proximité avec le grand axe de communication qui la relie à Fort de France ou au Lamentin : la Nationale 5. C'est une commune de villégiature portée par la croissance des quartiers résidentiels et une périurbanisation galopante.
IMG_1012.jpg
Le Club Méditerranée à Sainte Anne sur la plage les Boucaniers.370 viewsOuvert en 1969, avec les débuts du tourisme de masse aux Antilles, cette établissement de 292 chambres repose sur l'idée du « village de vacance » « créole », un ensemble de bungalows quatre étoiles, à proximité des plages et d'une grande cocoteraie artificielle. Cet établissement génère 250 emplois en saison (décembre/mai). Les activités nautiques sont valorisées : ski nautique, plongée... et participent de l'attractivité de l'établissement comme le souligne l'appontement fantaisiste...
IMG_1107.jpg
Le barrage de la Manzo au François.370 viewsCe barrage est destiné à l'irrigation des cultures commerciales et maraîchères de la plaine du Lamentin ; de là, la présence de la station de pompage au bas de la retenue.Construit en 1979, il s'agit d'un barrage poids, de 27 mètres de haut sur 365 de large, une construction qui résiste à des secousses sismiques, formé d'enrochements et de terre. Alimenté essentiellement par des conduites forcées venues de la Lézarde (0,8 m3/s), il génère un lac de retenue de près de 8 millions de m3, couvrant 85ha. Un évacuateur de crue ou déversoir protège l'ouvrage.
IMG_0868.jpg
Le reconditionnement des métaux à la Pointe Des Grives.369 viewsLa société MetalDom (21 salariés), créée en 2002 sur la zone industrialo-portuaire de la Pointe Des Grives, est spécialisée dans le tri et le reconditionnement des métaux issus des véhicules et des équipements industriels. Elle effectue également la récupération et le broyage des pneumatiques (arrière plan)
IMG_1057.jpg
Les éoliennes du Morne Carrière au Vauclin face à l'Atlantique.369 viewsEn 2004, une ferme de 4 éoliennes de 275 KW, est mise en service au Vauclin, sur le Morne Carrière, par la société Aerowatt où l'alizé s'établit à 27km/h de moyenne. Avec une production de 2400 MWh par an, cette ferme peut approvisionner 300 habitants. Petites, ces éoliennes sont escamotables en période cyclonique ; elles sont donc fortement tributaires de la météo. Leur puissance réelle ne représente en effet que 22 % de leur puissance nominale ! C'est là tout le problème de l'énergie « renouvelable »...
213 files on 18 page(s) 9