Galerie photo - Académie de la Martinique

Galerie photo de l'académie de la Martinique

Most viewed
IMG_1126.jpg
Débarcadère utilisé par la zone industrielle du Robert.310 viewsIl s'agit des anciens débarcadères de l'usine sucrière du Robert fermée en 1963. Certains sont à présent utilisés par les entreprises présentes sur la zone industrielle de la Semair établie non loin (chaudronnerie, btp, grande distribution, alimentation, maintenance automobile...). Une carrière est également présente sur cette zone d'activité qui extrait de l'andésite et produit des granulats.
IMG_1138.jpg
La pointe Hyacinthe sur la pointe Larose, mitage sur le littoral sud de la baie du Robert.310 viewsLa baie du Robert, port naturel, bien protégée et ouverte sur l'Atlantique a été colonisée tardivement dès la fin du XVIIe siècle. Les pointes -noms donnés aux presqu'îles- et les îlets du Robert ont en effet constitué les derniers refuges des amérindiens Caraïbes. La périurbanisation de la 3e commune de Martinique aboutit au mitage de ce littoral, peu à peu défriché et à la conquête progressive des terres agricoles.
IMG_1094.jpg
Les étapes de la culture du bananier.309 viewsLe bananier est une plante herbacée et non un arbre. Une fois la récolte faite, on met en culture des plants sains après avoir labouré et détruits les plants précédents. On évite ainsi de laisser pousser les surgeons de la récolte précédente souvent porteurs de parasites : c'est un moyen de limiter l'épandage de produits phytosanitaires. La maturation prend 9 mois au terme desquels on coupe la plante pour décrocher les régimes de bananes. A proximité, les bâtiments de conditionnement. Le réservoir d'eau assure l'irrigation durant la saison sèche, la croissance d'un bananier exigeant pas moins de 2 m d'eau par mois.
IMG_1208.jpg
La zone industrielle de Place d'Armes au Lamentin et ses grandes surfaces.308 viewsUne des cinq grandes zones industrielles du Lamentin. On y trouve également des coopératives agricoles comme l'ancienne SOCOPMA (1981-2013).
IMG_1135.jpg
La pointe Hyacinthe sur la pointe Larose, mitage sur le littoral sud de la baie du Robert.307 viewsCe paysage de bocage de la côte au vent montre des parcelles traditionnellement protégées par des haies d'érythrines sur lesquelles ont pratiquait la monoculture de la canne à sucre. En 20 ans , depuis les années 1990, la Surface agricole utile de la Martinique a reculé de près de 27 % au profit essentiellement de zones en friche. Ces terres agricoles conquises sur la forêt littorale sont aujourd'hui convoitées : la périurbanisation pousse à la construction de logements collectifs et de zones résidentielles en bord de mer, près de la mangrove. C'est le mitage.
IMG_0929.jpg
Les Trois Ilets, ouverts sur la Baie de Fort de France.306 viewsL'étalement urbain est visible en direction de l'ouest et donne une idée de l'importance du mitage sélectif aux Trois Ilets. Les « trois » îlets de la baie et leurs récifs coralliens ont fourni la chaux nécessaire à l'industrie sucrière. L'expansion de la ville se lit dans la construction de trois lotissements à proximité du golf assortis d'un collège en 2005, face au golf. Sur le plan touristique, la commune des Trois îlets représente à elle seule 28 % des capacités hôtelières de l'île.
IMG_1055.jpg
Le quartier du Macabou au Vauclin306 viewsAu milieu d'un paysage de bocage tropical, avec ses haies d'érythrine qui servent de coupe-vent, le quartier littoral du Macabou au Vauclin, près des Mangroves, situé non loin de l'emplacement d'une ancienne plantation : l'Habitation Mallevaud. Non loin, le maraîchage se développe (salades, haricots, tomates...)Entre le Vauclin et le François, on trouve l'essentiel des exploitations laitières de la Martinique (une douzaine). La collecte, assurée par la coopérative Cooprolam, est inférieur au million de litres par an.
IMG_1087.jpg
Vergers d'agrumes près de la Manzo, au François.304 viewsNon loin de la retenue du barrage de la Manzo, un verger d'agrumes produisant limes, oranges et pamplemousse. La présence de ces vergers montre une volonté de diversifier les revenus d'une agriculture soumise à de nombreux aléas climatiques en sortant d'une stricte monoculture commerciale de la banane. La production est destinée au marché local.
IMG_1204.jpg
La Centrale des Carrières au Lamentin, quartier Long Pré, le long des bananeraies.304 viewsCréée en 1980, cette entreprise gère l'extraction des gravières d'andésite. Le groupe Centrale des Carrières exploite trois carrières en Martinique dégageant près de 300 000 t de graviers, enrochements et terres végétales utilisés pour les remblais et les terrassements. Le BTP est un des premiers secteurs industriels de l'île avec pas moins de 5% des emplois de l'île. Cette filière doit assurer ses approvisionnements localement et les schémas d'aménagement intégrent l'extension des carrières.
IMG_1113.jpg
Le barrage de la Manzo au François.303 viewsCe barrage est destiné à l'irrigation des cultures commerciales et maraîchères de la plaine du Lamentin ; de là, la présence de la station de pompage au bas de la retenue. Les cultures de cannes et de bananes réclament en effet entre 10 000 et 15 000 m3 d'eau à l'hectare par an. La moindre variation du niveau des précipitations peut donc porter préjudice aux récoltes notamment durant la période sèche du carême de janvier à juin.
Construit en 1979, il s'agit d'un barrage poids, de 27 mètres de haut sur 365 de large, une construction qui résiste à des secousses sismiques, formé d'enrochements et de terre.
IMG_1161.jpg
Le centre de valorisation organique (CVO) du Robert. 303 viewsCréé en 2005, le CVO est un centre de retraitement des déchets organiques biodégradables. Un centre de compostage produit du compost destiné à amender les terres agricoles, grâce à l'action d'organismes vivants aérobies, de bactéries et de champignons. Un centre de méthanisation, le 3e en France, fait brûler le méthane, le gaz issu de la décomposition des déchets par des bactéries anaérobies, pour produire de l'électricité (0,7 MW installé). On traite ainsi 60 000 tonnes de déchets par an.
IMG_0928.jpg
Le golf des Trois îlets.302 viewsOuvert en 1976, il correspond aux débuts du tourisme de masse aux Antilles et à l'aménagement des premiers complexes hôteliers de la Pointe du Bout. Ce 18 trous cible une clientèle bien particulière...celle des grands hôtels de la Pointe du Bout, à proximité. Il est construit sur une ancienne mangrove et une forêt littorale.
213 files on 18 page(s) 11